Il faut remonter dans les toutes premières années du projet entre 2005 et 2007, alors que le projet naissait dans une cuisine en région parisienne.

C’est Jules Hotrique, l’inventeur du clavier dualo, qui lui a donné ce nom, qui deviendra ensuite le nom de la société Dualo SAS, puis la marque “dualo”, et même le nom du logo qui est présent sur vos instruments et que l’on appelle “la clé dualo”, et dont nous vous conterons aussi l’histoire bientôt.

Tout part donc de l’invention de ce clavier aux touches disposées en nid d’abeille et composé de deux claviers complémentaires. Le principe permet de séparer les gammes en deux parties, une de chaque côté. Le clavier est donc double, “dual” en anglais.

Très vite il est apparu que ce double clavier permettait de simplifier la visualisation et l’apprentissage de certaines notions musicales, voire qu’il pouvait faciliter leur jeu.

La musique est un langage universel et c’est donc vers l’espéranto que Jules Hotrique s’est naturellement tourné pour choisir un nom à son clavier. L’espéranto est une langue créée en 1887 pour faciliter les échanges et la communication entre les populations de toute la planète. Conçue pour être une langue universelle, l’espéranto peut s’apprendre en un ou deux mois et porte des valeurs de paix et de bienveillance.

Or en espéranto, on passe d’un adjectif à un nom en lui adjoignant un “o”. Ainsi du mot “dual” est venu le mot “dualo” en reprenant les principes de construction de l’espéranto.

La boucle était bouclée, le clavier dualo, clavier universel permettant un accès plus rapide au langage musical prenait un nom basé sur une langue universelle qui s’apprend rapidement.

Quant aux valeurs de paix et de bienveillance, ne dit-on pas que “la musique adoucit les mœurs » ?

 

Pour réagir et commenter, retrouvez cet article sur notre forum Discourse.